Plan stratégique de l’équipe d’hygiène hospitalière

Plan stratégique de l’équipe d’hygiène hospitalière

ExcellenceGeorges MascartSoraya CherifiYves VelgheAlbertine MetangoHind OualiJulie BonteVictoria Labbé

Le plan stratégique à long terme de l’Equipe Opérationnelle d’Hygiène Hospitalière (E.O.H.H.) s’inscrit dans le plan stratégique institutionnel « Care. Together ». Il est bâti essentiellement autour de 2 axes principaux et complémentaires, qui forment un ensemble cohérent à savoir :

  • Collecte et interprétation de données :
    • Résultats
    • Processus
  • Formation

Complémentairement à ces deux axes principaux interviennent la résolution de problèmes ponctuels tels que la gestion d’épidémies, la surveillance des travaux,… Généralement ces problèmes ponctuels se retrouvent également dans les axes généraux décrits ci-dessus. A titre d’exemple, les épidémies doivent être détectées (résultats) et évitées (formation).
L’EOHH désire au cours des prochaines années mettre l’accent sur la collaboration multidisciplinaire et plus particulièrement sur :

  • La poursuite de la collaboration étroite avec la microbiologie et l’infectiologie.
  • La participation au sein des groupes de travail intra et extra hospitaliers.

20151113-isp

1. Collecte et analyse de données (résultats et processus)

  • Il s’agit d’un axe important pour permettre à la fois de déterminer les priorités de l’EOHH, mais également pour évaluer l’efficacité des  actions entreprises, voire détecter des épidémies.
  • L’EOHH sera attentive à cibler correctement les données à surveiller. En effet il s’agit d’une étape chronophage nécessitant non seulement un travail de collecte mais également d’interprétation et de suivi dans le temps. Il y a donc lieu de veiller à cibler cette collecte en fonction des problèmes rencontrés ou d’objectifs spécifiques.
  • L’EOHH veillera à transmettre l’information recueillie et son analyse :
    • Au Comité d’Hygiène Hospitalière.
    • Aux intervenants sur le terrain. Un effort particulier sera réalisé pour transmettre résultats et interprétation aux unités de soins en s’attachant à promouvoir une information et une discussion multidisciplinaire. Des communications plus globales doivent avoir lieu grâce à des interventions de l’EOHH lors de réunions médicales de service et de réunions de cadres infirmiers.
  • Méthode de collecte: la collecte des données doit être simplifiée au maximum. L’accent sera donc mis sur le développement de solutions informatiques tant pour la collecte que pour l’analyse des données. Le passage par un stade papier sera progressivement éliminé.
  • Quels indicateurs suivre ?
    Indicateurs de résultats :

    • MRSA et plus particulièrement les cas nosocomiaux.
    • Bacilles Gram négatifs multi résistants
    • Clostridium difficile
    • Les septicémies avec un intérêt particulier pour les septicémies nosocomiales et plus particulièrement les septicémies sur cathéter.
    • Un essai d’enregistrement limité des infections post-opératoires sera réalisé en orthopédie.
    • Autres (à définir)

    Indicateurs de processus :

    • Compliance aux précautions additionnelles
    • Consommation de SHA
    • Hygiène des mains
    • Suivi de processus de soins
    • Autres (à définir)

L’EOHH suit les indicateurs tels que définis par l’ISP (Institut Scientifique de Santé publique). D’autres indicateurs sont suivis en fonction de leur utilité (mise en évidence de problèmes ou contrôle de l’efficacité de mesures prises) ou des objectifs ponctuels.

2. Formation

  • Un effort particulier est consenti à l’égard des différentes catégories de personnel.
  • Des formations spécifiques sont organisées :
    • Pour les nouveaux membres du personnel (information de base).
    • Pour les nouveaux post-gradués (1x/an).
    • Pour les étudiants en médecine (4x/an).
    • Pour les infirmier(e)s référents en hygiène. Outre des formations régulières intra-hospitalières un programme structuré de formation est organisé au niveau d’Iris.
    • Pour le PATO (Personnel Technique, Administratif et Ouvrier) : min. 10 fois par an et en fonction des demandes et nécessités.
  • Le réseau de référents en hygiène est de plus en plus impliqué dans la formation et le conseil de leurs collègues sur le terrain.
  • Mise en place de collaborations plus intensives avec certaines unités tests :
    • Projet ayant débuté fin 2013
    • Buts: promouvoir au sein des unités une auto-émulation au respect des règles d’hygiène et faire en sorte que ces unités puissent servir de modèles.
    • Moyens :
      • Le/la référent(e) hygiène, ou occasionnellement tout autre intervenant du nursing ou du corps médical, fait régulièrement un audit ponctuel de la compliance à l’hygiène des mains. Le pourcentage de compliance toutes catégories de personnel confondues est porté sur un graphique affiché et visible de tous.
      • L’EOHH suit les paramètres suivants : MRSA nosocomiaux, ESBL, septicémies sur cathéters, consommation de SHA.
      • Réunions régulières de débriefing avec l’infirmier(e) chef, le/la référent(e) et le médecin responsable de l’unité.
  • Mise à disposition de procédures et outils de formation : un site intranet est à disposition du personnel de l’hôpital. Sa section « hygiène hospitalière » est non seulement mise à jour régulièrement mais également développée. L’accent est mis sur le développement d’un outil plus convivial.

3. Recommandations du Conseil Supérieur de la Santé (CSS)

  • L’EOHH vérifie la conformité de nos procédures aux recommandations du CSS. Elle en contrôle la bonne application sur le terrain.

4. Collaboration avec d’autres structures de l’hôpital

  • Commission du matériel médical
  • Services techniques:
    • Suivi régulier des chantiers : L’EOHH suit selon une procédure standardisée l’ensemble des chantiers sur les différents campus (Horta, Brien et Reine Astrid).  Un membre de l’EOHH assiste une fois par mois à une réunion avec le service des travaux. L’EOHH veille à ce que les règles de base de prévention des infections soients transmises à tous les intervenants des chantiers et, en cas de nécessité, à leur formation.
    • Prévention eau – air : ceci inclut la prévention de la légionellose (gestion réseau, analyse de risques), le suivi, voire la réalisation de contrôles d’environnement (quartier opératoire, clean room, autres).
  • Antibiotic Team Management : l’EOHH est présente dans le groupe de gestion des antibiotiques. Une collaboration avec ce groupe est importante dans la mesure où une prescription judicieuse des antibiotiques a un impact positif sur l’incidence des infections nosocomiales.
  • Groupe tuberculose : l’EOHH poursuit sa participation aux réunions du groupe de gestion de la tuberculose comprenant des pneumologues, infectiologues et hygiénistes. L’EOHH désire mettre l’accent sur l’importance de la collaboration multi disciplinaire.
  • Médecine du travail : collaboration à l’analyse de risques et aux campagnes de vaccination.

5. Collaborations extérieures

  • Outre la participation obligatoire aux réunions de la plateforme d’hygiène Bruxelles & Brabant wallon, l’EOHH estime indispensable de s’ouvrir au maximum vers l’extérieur. Dans cette optique l’équipe participe activement :
    • Aux activités et initiatives communes aux hôpitaux du groupe IRIS.
    • Aux groupes de travail de la plateforme Bruxelles Brabant wallon.
    • Au BICS, à l’ABIHH et au WIN (NVKVV)
    • En tant qu’experts aux activités du Conseil Supérieur de la Santé.
  • L’EOHH souhaite également établir une collaboration avec les principales MR/MRS collaborant avec l’hôpital. L’EOHH pourrait notamment, via un programme de séminaires, participer à la formation permanente du personnel sur le plan de l’hygiène hospitalière. Etant donné les aller-retours fréquents de patients âgés entre le MR/MRS et l’Hôpital, l’EOHH estime cette collaboration indispensable à une optimalisation de la prévention des infections associées aux soins.

6. Composition de l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière :

  • Médecin hygiéniste : Dr Georges Mascart (médecin hygiéniste responsable)
                                               Dr Soraya Cherifi
  • Infirmier(e)s :
    • Infirmier chef de service hygiéniste responsable : M. Yves Velghe
    • Infimières hygiénistes :
      • Mme Albertine Metango
      • Mme Hind Ouali (remplacements)
      • Mme Julie Bonte (formation en hygiène en 2014-2015)
    • Secrétaire médicale: Mme Victoria Labbé

Voir aussi : Composition du comité d’hygiène hospitalière

Lire aussi : « La prévention des infections : un aspect de la qualité au CHU Brugmann« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *